Anting-Anting : l’âme secrète des Philippins

Au dessus de la très officielle exposition Océanie, Anting-Anting a des airs de cabinet de curiosités. Rien d’étonnant puisque l’Atelier Marine Aublet, où l’on découvre le monde des Anting-Anting (talismans), est réservé aux présentations décalées.

Les Anting-Anting sont des amulettes de laitons, cuivre, bois ou os qui prennent des formes variées, utilisent des matériaux hétéroclites et se déclinent en divers motifs : tatouage, textile, papier …

Ancrés dans la culture des Philippines ils sont censés donner force, pouvoir et amour à ceux qui les portent. Les Anting=Anting témoignent du syncrétisme religieux de l’archipel qui assimile croyances ancestrales animistes et christianisme colonial. Élément culturel fort, ils ont joué un rôle essentiel dans la révolution de 1898 comme le rappelle le commissaire Floy Quintos.

L’exposition présente photos et vitrines regorgeant d’amulettes.
Le parcours nous offre un petit bout de Manille avec une vue du vieux quartier de Quiape où des milliers de ces talismans sont vendus. On voyage ensuite dans le temps avec une découverte du plus ancien Anting-Anting, l’Infinito Sabato, puis on découvre l’histoire des talismans au fil des époques et on termine par la figure du héros national, le poète, écrivain et chirurgien, José Rizal.

Sur les photos, les porteurs d’amulettes ressemblent à des chefs de gang tatoués et bénis par des forces occultes. On ne peut dissocier les talismans de leur propriétaire.

Belle découverte que ces grigris qui ont façonné l’histoire et la mémoire collective des Philippins.

Léonore Cottrant

Anting-Anting
Atelier Martine Aublet
Musée du Quai Branly Jacques Chirac

http://www.quaibranly.fr

Related article

Océanie

http://finelife.tv/fr/2019/03/27/oceanie-quai-branly-la-lecon-de-piano-maorie/