Au pays des rêves noirs : pèlerinage pour paumés mystiques

Au pays des rêves noirs : pèlerinage pour paumés mystiques

Au pays des rêves noirs : pèlerinage pour paumés mystiques.
Certains vont à Lourdes, d’autres en Colombie.
Pour Félix Macherez le choix a le goût du peyotl.
La terre des Tarahumaras sera son Immaculée Conception version soleil noir.
Un mystère, une révélation avec comme guide cosmique Antonin Artaud.

Le roman débute par une crise existentielle. Entre errances nocturnes et vide diurne Félix s’interroge sur le sens de sa vie dans un Paris atteint de troubles civilisationnels aigus.
Se reconnecter au cosmos, retrouver la plénitude des origines par la magie et les rites ancestraux d’un peuple de demi dieux se présente comme seule issue pour cet adepte d’Artaud.
Cap donc sur les canyons des Indiens Tarahumaras sur les traces du maître de théâtre et de ses ombres.
Évidemment Félix se prend une claque.
Entre le voyage d’Artaud et celui de l’auteur 80 ans ont passé.
À l’image des autres Aborigènes, l’acculturation décime les Terrahumaras.
Que reste-t-il du peuple initiateur d’Artaud ?
Félix doit faire avec la réalité et traquer des miettes de magie, de sacré.
Il en sortira un sens pas forcément dans la direction escomptée.

On s’étonne de la naïveté de Félix Machenez. Mais à quoi s’attendait-il ? À trouver les Indiens indemnes, préservés par miracle de la faux assimilatrice et des cartel. À moins que le désir de croire, de trouver, de revivre n’écrase l’évidence. La quête du sacré comme une respiration vitale.

Cette incongruité mise à part, le récit de voyage nous agrippe et nous enserre très vite dans ses filets narratifs. On est aux côtés de Félix dans ses paranoïas – grosses trouilles bien humaines quand il croise les narco trafiquants ou s’imagine kidnappé pour ses organes-, ses faims – le goût des burritos aux oeufs, du café incandescent, de la bière sacrée et du mescal radical gagne nos palais. On s’amuse de ses coquetteries vestimentaires – tenue de l’écrivain obligatoire dans la Sierra- de ses bricolages maladroits dans les églises, de ses expériences dé-gustatives du peyotl sacré, le Ciguri.

On s’étonne un peu que les Indiens et les prêtres de la Sierra parlent presque tous comme des sages mais on passe et on se réjouit que Félix retrouve par hasard le fils du guide d’Artaud qui lui montre le visa de l’écrivain acteur, le Graal !

Surtout on s’immerge dans les paysages de la Sierra. Les déserts comme le ciel et les nuages explosent de couleurs. Les fleuves comme les roches et la flore prennent des formes organiques, veines, visages. La nature respire l’animisme sous une chaleur blanche le jour, un froid de pierre noire la nuit.

La quête du sacré, dans ce premier livre, a l’originalité d’être drôle, incarnée, “rebondissante”. Félix Macherez réussit à combiner carnet d’aventures et d’initiation avec lyrisme et humanité.
Très bonne pioche !

Au pays des rêves noirs : pèlerinage pour paumés mystiques

Au pays des rêves noirs
Félix Macherez
Éditions des Équateurs
https://editionsdesequateurs.fr/

Related article

Sur les traces de George Orwell : biographie d’un visionnaire
http://finelife.tv/fr/2019/11/09/sur-les-traces-de-geogeorwell-biographie-dun-visionnaire/